The Shekhawati Project is member of Icomos - International Council on Monuments and Sites.

© 2017-2019 The Shekhawati Project  - Conservation & Restoration  Tous droits réservés

THE SHEKHAWATI PROJECT

theshekhawatiproject@gmail.com

CÉCILE CHARPENTIER

HEAD OF THE PROJECT

cecile.charpentier@wanadoo.fr

Interview with Giovanna Carravieri, restoration coordinator

May 18, 2017

- VOIR PLUS BAS POUR L'ENTRETIEN EN FRANÇAIS - 

 

1. Tell me about your experience as a restorer…

 

Growing up in Italy, where I’m from, l developed a sensibility for art history and its cultural heritage. After spending many years in Florence and in Rome, I decided to go into Art Conservation. During my training in Italy (academic at first and then professional) I could learn and get experience and skills regarding Italian frescoes and conservation problems. I first studied the History of Art in Rome at Università La Sapienza and then I specialized in Wall and Easel paintings at the Conservation School in Cremona. I have been very lucky to receive the teachings of excellent professors and passionate experts, who guided me in understanding how to approach this field and to take the responsibility to transmit this heritage to future generations.

When I moved to France, I was able to learn more and exchange ideas and knowledge with the experts of another country, which is intent on preserving its cultural heritage. 

 

2. How did « The Shekhawati Project » come about? 

 

When my colleague and friend Cécile Charpentier told me about those monuments and the possibility to create a project to help preserve such unique heritage, I didn’t hesitate and I felt totally involved. Studying the Indian fresco technique used in the havelis touched me both professionally and emotionally. In contact with the magnificent culture of Rajasthan I suddenly saw all the potential and the several different aspects that the project encompasses. These are the historical issue, the social and human interest, and the opportunity to meet and work with people from India and other countries united by a common project. It is a venture based on bringing people together to learn about and understand each other, fostering mutual respect and tolerance. Now we are all working together to make "The Shekhawati Project" stronger and spread it and its cultural significance throughout the region and, most importantly, its institutions. 

 

3. What is so special about « The Shekhawati Project »?

 

"The Shekhawati Project" has a holistic approach. Considering the artwork in this cultural heritage as an ethical value but also a spiritual and economic lever, it helps us understand both causes and solutions. This global vision allows "The Shekhawati Project" to be in the present but also to work at transmitting the material heritage to the future.

We could sum up our main philosophy with Aristotle’s approach to knowledge as defined by ¨Tecné- Episteme'- Poiesis¨ (Nicomachean Ethics). That means that the capacity to make an object (Tecné - painted frescoes ) is supported by the theoretical and scientific information (Episteme - know-how and material properties, scientific skills) to become an ethical action of transformation distinct from the activity of making (Poeisis - conservation and restoration results). 

Unfortunately, many havelis have been repainted in the past and still are now, despite the search for such transformation that we defined as ¨poiesis¨.

To conserve these monuments, the most important guide is the respect of their authenticity, hence we must strive to return as much as possible to the original constituent materials and aesthetic form, rather than freely interpret what these could have been.  Yet we always keep in mind that the goal of working mutually is also to preserve and maintain indigenous traditional knowledge and community practices.

The idea of Conservation in "The Shekhawati Project" is to convey original artwork, knowledge and scientific restoration skills to future Indian and international generations.

A current example of the risk of transmitting erroneous cultural heritage is that of ancient Greek sculpture. We wrongfully inherited from Winkelmann the idea of the use of white marble instead of the more appropriate interpretation of colored sculpture shown by German archeologist Vinzenz Brinkmann in his last research. Scientific investigation supports his claim and the authenticity of the brightly painted appearance of ancient sculpture and architecture. He proposes something we are not used to but that is probably closer to the original. 

Universities could play a major role because they can support scientific training financially and intellectually for young students. 

 

4. What are the main difficulties you are experiencing?  

 

Rajasthan is the state of India that best understands that the role of cultural heritage in the development of sustainable tourism can be a major factor in building public awareness and support for its conservation. Cultural heritage has a big value and could help economic growth but everything moves very slowly for the moment. The challenge is to balance conservation and development, what experts call “integrated conservation”, targeting simultaneously landmarks, historic city cores, housing, and land that would not qualify for protection individually but collectively and that give to each city its uniqueness. International institutions like UNESCO and ICOMOS are working hard in this direction, and we hope to gain their support in our efforts to spread awareness and interest.

One obstacle is also that havelis belong to private families and there is a lack of legal regulation. There is a need for a comprehensive law to deal with overall aspects of the heritage in India. Rajasthan proposed laws in 1961 and India adhered to the UNESCO’s World Heritage Convention in 1972 but the government is currently silent on the buildings under private ownership, which means that private owners can’t have the financial support to restore their property, which is often too large and in very bad condition, demanding an enormous financial effort.

 

 

- VERSION FRANÇAISE -  

 

1. Parlez-moi de votre expérience en tant que restauratrice…

 

En grandissant en Italie, dont je suis originaire, j’ai développé une sensibilité pour l’histoire de l’art et son patrimoine culturel. Après avoir vécu longtemps à Florence et à Rome, j’ai décidé de m’orienter vers la restauration d’art. Lors de ma formation en Italie (d’abord académique, puis professionnelle) j’ai pu apprendre et acquérir de l’expérience et des compétences de le du? domaine des fresques italiennes et des problèmes de conservation. J’ai d’abord étudié l’Histoire de l’art à Rome à l’Università La Sapienza, puis je me suis spécialisée en peinture murale et de chevalet à l’Ėcole de Conservation de Cremone. J’ai eu la chance de suivre les enseignements de professeurs excellents et d’experts passionnés qui m’ont aidée à comprendre comment appréhender ce domaine et transmettre, de manière responsable, ce patrimoine aux générations futures.

Arrivée en France, j’ai continué mon apprentissage et j’ai pu échanger idées et savoir avec les experts d’un autre pays qui se préoccupe de la préservation de son patrimoine culturel. 

 

 

2. Comment le « Shekhawati Project » est-il apparu ?

 

Quand ma collègue et amie Cécile Charpentier m’a parlé de ces monuments et de la possibilité de créer un projet pour la sauvegarde de ce patrimoine unique, je n’ai pas hésité une seconde et je me suis sentie totalement impliquée.

L’étude de la technique de la fresque indienne utilisée dans les havelis m’a doublement touchée : professionnellement et émotionnellement. Au contact de la magnifique culture du Rajasthan, je me suis soudainement aperçue du potentiel et des nombreux aspects que ce projet englobe : le problème historique, l’intérêt social et humain et l’opportunité de rencontrer et travailler avec des personnes venant de l’Inde et d’autres pays, tous unis par le même projet. 

Cette entreprise fondée sur le rassemblement de différentes personnes dans le but de se connaître et de se comprendre, favorise le respect mutuel et la tolérance. 

Aujourd’hui, nous travaillons tous ensemble pour rendre le « Shekhawati Project » plus fort et montrer l’importance patrimoniale au sein de la région et, c’est essentiel, au sein de ses institutions.

 

 

3. Quelle est la spécificité du « Shekhawati Project » ?

 

Le projet Shekhawati a une approche holistique. 

Il considère chaque monument de ce patrimoine culturel comme une valeur éthique mais aussi comme un levier spirituel et économique, ce qui nous aide à comprendre à la fois les causes et les solutions. Cette vision générale permet au projet Shekhawati de s’inscrire dans le présent mais également de se projeter dans le futur grâce à la transmission. 

Nous pourrions résumer notre philosophie grâce à l’approche d’Aristote qui définit le savoir par l’association « Tecné-Episteme-Poiesis » (Ethique à Nicomaque). Cela signifie que la capacité de réaliser un objet (Tecné – les fresques) est soutenue par l’information scientifique et théorique (Episteme – savoir-faire, compétences scientifiques et propriétés matérielles) pour devenir une action éthique de transformation distincte de l’activité de fabrication (Poiesis. – résultats des actions de conservation et de restauration)

Malheureusement, beaucoup de havelis ont été repeintes dans le passé et le sont toujours aujourd’hui, malgré la recherche d’une transformation de l’ordre de ce que l’on définit comme « poiesis ». 

Pour conserver ces monuments, la première règle est le respect de l’authenticité. Par conséquent, nous devons nous efforcer de retourner le plus près possible de l’original (matériaux et iconographie), plutôt que d’interpréter librement ce que cela aurait pu être. Pourtant, nous gardons toujours en tête que le but de travailler ensemble est à la fois de préserver et maintenir le savoir-faire traditionnel et local ainsi que les habitudes de la communauté. 

Le but de la conservation pour le « Shekhawati Project » est de transmettre l’œuvre d’origine, le savoir et les méthodes pour une restauration scientifique aux futures générations indiennes et étrangères. Un exemple actuel du risque que représente la transmission d’une idée erronée du patrimoine est celui de la sculpture grecque antique. Nous avons, à tort, hérité de l’idée de Winkelmann de l’utilisation du marbre blanc. Mais plus récemment, dans ses dernières recherches, l’archéologue allemand Vinzenz Brinkmann a donné une interprétation beaucoup plus plausible : celle de la sculpture colorée. Une enquête scientifique soutient cette hypothèse et l’authenticité de l’aspect peint des sculptures et architecture antiques. Il suggère quelque chose à quoi nous ne sommes pas habitués mais qui est sûrement bien plus proche de la réalité.

Les universités pourraient jouer un rôle majeur dans le soutien, financier et intellectuel, de la recherche scientifique pour les jeunes étudiants.

 

4. Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous faites face ?

 

Le Rajasthan est l’Etat de l’Inde qui comprend le mieux que le rôle du patrimoine culturel dans un développement du tourisme durable peut être un facteur majeur dans l’émergence d’une conscience collective et d’un soutien pour sa conservation. Le patrimoine culturel a une grande valeur et pourrait aider le développement économique, mais tout avance très lentement pour le moment. Le défi est d’équilibrer la conservation et le développement, ce que les experts appellent la « conservation intégrée », ciblant à la fois repères, noyau historique de la ville, habitat et espaces non construits, qui ne peuvent faire l’objet que d’une restauration collective – et non individuelle – et qui donnent à chaque ville son originalité. Les institutions internationales comme l’UNESCO et l’ICOMOS travaillent dur pour cet objectif et nous espérons attirer leur attention sur nos efforts visant à promouvoir une conscience et un intérêt pour le patrimoine autour de nous comme parmi la population locale.

Un des autres obstacles est aussi que les havelis appartiennent au domaine privé et il y a un manque certain de règlement législatif. Une loi est nécessaire pour couvrir tous les aspects du patrimoine en Inde. Le Rajasthan a proposé des lois en 1961 et l’Inde a adhéré à la Convention du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1972, mais le gouvernement reste actuellement muet sur les bâtiments appartenant à des propriétaires privés. Cela signifie que ces derniers ne peuvent bénéficier d’un soutien financier pour restaurer leur propriété, souvent très grande et dans un très mauvais état, nécessitant un soutien financier très important. 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Recents Posts

Lily Bennion

March 18, 2019

1/10
Please reload

March 18, 2019

March 8, 2019

March 1, 2019

February 1, 2019

November 12, 2017

Please reload